[ Pobierz całość w formacie PDF ]
.Tout ce qu’on pouvait prédire avec certitude, c’est qu’il y aurait de l’imprévu.Un globule inquiétant de jus de raisin passa en flottant près de la tête d’Emma.Encore de l’imprévu, pensa-t-elle en riant pendant qu’un Luther penaud pourchassait la bulle de liquide avec une paille.Vous laissez votre attention dériver pendant un seul instant et un instrument vital ou une bonne gorgée de jus de fruit se mettait à vivre sa vie.En l’absence de gravité, un objet non attaché pouvait se retrouver n’importe où.C’était le problème auquel l’équipage de Discovery était maintenant confronté.— Il y a des globules de ce truc partout sur les commandes de pilote automatique, annonça Kittredge, qui bavardait avec Griggs sur le circuit radio.Nous n’avons pas encore fini de nettoyer les interrupteurs, mais ça fait comme un mucus épais en séchant.J’espère qu’aucun port d’entrée n’est colmaté.— Vous avez trouvé d’où ça venait ? demanda Griggs.— Nous avons repéré une petite fissure dans l’enclos des têtards, mais ça n’a pas l’air d’avoir beaucoup fui.Pas assez pour expliquer ce qui flotte dans la cabine.— D’où ça pourrait venir, alors ?— Nous sommes en train de tout vérifier dans le coin cuisine et le commodo.Nous étions tellement occupés à nettoyer que nous n’avons pas eu l’occasion de repérer la provenance de ce truc.Je ne vois vraiment pas de quoi il peut s’agir.On dirait un peu des œufs de grenouille.Des masses rondes, dans un gel verdâtre, gluant.Vous devriez voir l’équipage, on dirait qu’il a été éclaboussé par la bave verte martienne de Ghostbusters.Et puis Hewitt a cet œil rouge, maléfique.Mon vieux, c’est une vraie vision d’épouvante !Un œil rouge, maléfique ?— Qu’est-ce qu’elle a à l’œil ? demanda Emma en se tournant vers Griggs.Je n’étais pas au courant.Griggs relaya la question à Discovery.— C’est juste une hémorragie sclérale, répondit Kittredge.Rien de grave, d’après O’Leary.— Je voudrais parler à Kittredge, demanda Emma.— Allez-y.— Bob, ici Emma.Comment Jill s’est-elle fait cette hémorragie ?— Elle s’est réveillée en toussant, hier.Nous pensons que ça vient de là.— Elle a des douleurs abdominales ? Mal à la tête ?— Elle s’est plainte d’avoir mal à la tête il y a un moment.Et nous avons tous des courbatures.Mais on travaille comme des dingues, ici.— Des nausées ? Des vomissements ?— Mercer a des problèmes gastriques.Pourquoi ?— Kenichi avait les yeux injectés de sang, lui aussi.— Mais ce n’est pas grave, objecta Kittredge.C’est ce que nous a dit O’Leary.— Non, c’est la conjonction des symptômes qui m’inquiète, répondit Emma.La maladie de Kenichi a commencé par des vomissements et une hémorragie sclérale.Des douleurs abdominales.Des maux de tête.— Vous voulez dire que ce serait contagieux ? Alors, pourquoi n’êtes-vous pas malade ? C’est vous qui l’avez soigné.Bonne question.À laquelle elle n’avait aucune réponse à apporter.— De quelle maladie s’agit-il ? demanda Kittredge.— Je ne sais pas.Ce que je sais, c’est que Kenichi s’est retrouvé HS au bout d’une journée après les premiers symptômes.Vous devez vous désamarrer et rentrer tout de suite, les gars.Avant que l’un de vous ne tombe malade à bord de Discovery.— Pas possible.Edwards est toujours sous les nuages.— Et White Sands ?— Ce n’est pas une bonne option non plus.Ils ont un problème avec un des TACAN.Enfin, ce n’est pas grave.Nous allons juste attendre que le temps s’arrange.Ça ne devrait pas prendre plus de vingt-quatre heures.— Je voudrais parler à Houston, fit Emma en regardant Griggs.— Ils ne vont pas opter pour White Sands parce que Hewitt a un œil rouge.— Il se pourrait que ce ne soit pas qu’une simple hémorragie sclérale.— Comment aurait-il attrapé la maladie de Kenichi ? Il n’a pas été en contact avec lui.Le cadavre, se dit-elle.Son cadavre est dans la navette.— Bob, dit-elle.C’est encore moi, Emma.Je voudrais que vous regardiez le linceul.— Comment ?— Vérifiez s’il n’y a pas un trou dans le linceul de Kenichi.— Tu as toi-même constaté qu’il était hermétiquement fermé.— Tu es sûr qu’il l’est encore ?— C’est bon, soupira-t-il.Je dois admettre que nous n’avons pas examiné le corps depuis qu’il est arrivé à bord.Disons que ça nous donne un peu la chair de poule à tous.Nous avons gardé le panneau de la palette fermé, afin de ne pas le voir.— De quoi le linceul a-t-il l’air ?— J’essaie d’ouvrir le panneau, là, tout en te parlant.Il a l’air un peu coincé, mais… il y eut un silence, puis un murmure :— Seigneur…— Bob ?— La fuite vient du linceul !— Qu’est-ce que c’est ? Du sang, du sérum ?— Il y a une déchirure dans le plastique.C’est de là que ça suinte.Mais qu’est-ce qui pouvait bien suinter ?Elle entendit d’autres voix, à l’arrière-plan.Des gémissements de dégoût, quelqu’un qui était pris de haut-le-cœur.— Refermez-le hermétiquement ! s’écria Emma.Refermez-le !Pas de réponse.— Son corps est en compote, dit enfin Jill Hewitt.Comme s’il s’était dissous.Nous devons découvrir ce qui lui est arrivé…— Non ! s’exclama Emma.Discovery, n’ouvrez pas le linceul !À son grand soulagement, Kittredge répondit enfin :— Bien reçu, Watson.O’Leary, referme ça.On va faire en sorte que ce… ce truc ne fuie plus au-dehors.— Nous devrions peut-être nous débarrasser du cadavre, suggéra Jill.— Non, répondit Kittredge.Ils en ont besoin pour l’autopsier.— Quel genre de fluide est-ce ? demanda Emma.Bob, réponds-moi !Il y eut un silence, puis il répondit :— Je ne sais pas.Mais quoi que ce soit, j’espère que ce n’est pas pathogène.Parce que nous avons tous été en contact avec.Vingt-huit livres de chair et de fourrure.C’était Humphrey, vautré comme un pacha sur la poitrine de Jack.Ce chat veut ma mort, pensa Jack en regardant les yeux verts, malveillants, de l’animal.Il s’était endormi sur le canapé et que croyez-vous qu’il était arrivé ? Une tonne de viande de chat lui était tombée dessus, lui écrasant les côtes, lui broyant les poumons.Humphrey enfonça voluptueusement une griffe dans la poitrine de Jack.Jack poussa un glapissement et l’envoya valdinguer.Humphrey atterrit sur ses quatre pattes avec un choc sourd.— Va chasser les souris, marmonna Jack.Il se tourna sur le côté pour reprendre son somme, mais c’était sans espoir.Humphrey réclamait sa pâtée en poussant des miaulements stridents.Jack s’extirpa du canapé en bâillant et se traîna dans la cuisine en titubant.Il ouvrit le placard où les boîtes de pâtée pour chat étaient empilées, et aussitôt les miaulements de son tortionnaire se changèrent en hurlements.Jack remplit son bol de Little Friskies et les regarda avec écœurement disparaître dans ce goinfre de matou.Il n’était que trois heures de l’après-midi, et Jack n’avait pas encore rattrapé son retard de sommeil.Il avait passé la nuit à la console de la salle de contrôle de la station spatiale et, en rentrant chez lui, il s’était installé dans le canapé afin de revoir le sous-système de contrôle de l’environnement et de survie de l’ISS.Il avait repris du service, et il savourait le seul fait de feuilleter le manuel d’entraînement du directeur de mission, qui était pourtant d’une aridité consternante.Mais la fatigue avait eu le dessus, et vers midi il s’était allongé.Il s’était endormi sous un tas de manuels de pilotage [ Pobierz całość w formacie PDF ]

Archiwum