[ Pobierz całość w formacie PDF ]
.La discussion qui a eu lieu dans la salle conciliaire entrepartisans et adversaires fut un vrai dialogue de sourds.Cha-cun, tout en utilisant le mme texte, lui attribuait un sens dif-frent.Je me limite faire une allusion l  htrodoxie del enseignement de la  Dignitatis human , dans sa forme etdans son application, comme en Espagne par exemple.Pour moi, la grande rupture de Vatican II se trouveexactement dans la  libert religieuse.137 Voyons en tout suite l application en Espagne.La loifondamentale de l tat espagnol,  Fuero de los espa-gnoles , adopte le 17 juillet 1945, autorisait l exercice seu-lement priv des cultes non catholiques, et dfendait touteactivit de propagande aux religions  fausses.En effet, on lit l Art.6 1:La profession et la pratique de la Religion Catholiquequi est celle de l tat espagnol, jouira de la protection of-ficielle.Et au 2:Personne ne sera inquit pour ses croyances reli-gieuses, ni pour l exercice priv de son culte.Ne serontpermises d autres crmonies, ni d autres manifestationsextrieures autres que celles de la Religion Catholique.Mais aprs Vatican II, la  Ley Organica del Estado(10 janvier 1967) remplace le paragraphe 2 de l art.6 parcette disposition:L tat assumera la protection de la libert religieusequi sera garantie par une efficace tutelle juridique pour lasauvegarde tout ensemble, de la morale et de l ordre pu-blic.En outre, le prambule de la  Charte des Espagnols ,modifi par la mme Loi Organique du 10 janvier 1967, d-clare explicitement:& tant donne enfin, la modification introduite dansson article 6 de la Loi Organique de l tat, ratifie par lerfrendum de la nation, dans le but d adapter son texte la Dclaration conciliaire sur la  libert religieuse , pro-mulgue le 7 dcembre 1965 et requrant la reconnaissan-ce explicite de ce droit, et en conformit au deuxime desPrincipes fondamentaux du Mouvement, selon lequel ladoctrine de l glise doit inspirer notre lgislation.C est donc justement pour  raliser explicitementl accord avec la  Dclaration de Vatican II que le 2 del art.6 de 1945 a t remplac par celui de 1967!138 Or, nous nous demandons: sur quel principe fondamen-tal du  droit naturel se base la rupture de Vatican II?Voici: d aprs la doctrine catholique traditionnelle(donc avant Vatican II!) le 2 de l art.6 de 1945 tait tout fait conforme au droit naturel.Or, attendu qu il n existe pour l homme aucun droitnaturel la  libert religieuse , selon lequel l hommepourrait exercer librement en public une  religion fausse ,attendu que Pie IX, dans la  Quanta cura (8dc.1864), rappelle solennellement cette doctrine constantede l glise et condamne la double affirmation selon la-quelle  la libert de conscience et des cultes est un droitpropre tout homme qui doit tre proclam dans toute so-cit bien constitue ,pourquoi alors Vatican II, par sa Dclaration de la  Di-gnitatis human , fait devenir intrinsquement mauvais le 2 de l art.6 de 1945, le disant directement, formellementcontraire un droit fondamental de l homme, c est--direau droit la libert civile galement en matire religieu-se& que Vatican II proclame comme droit valide pourtous, quelle que soit la religion pratique, qu elle soit vraieou fausse?Et plus grave encore: Vatican II, pour viter le risqued une fausse interprtation s est bien gard de considrer ex-plicitement le cas d un Pays (comme l Espagne, l Italie& ) oune religion est dj officiellement reconnue! Ce qui s est pro-duit comme nous l avons vu pour l Espagne avec la loi de1967, qui conserve le 1 de l art.6:Si, cause de circonstances particulires danslesquelles se trouvent les peuples, on accordedans l ordre juridique de la cit une reconnais-sance civile spciale une communaut reli-gieuse dtermine, il est ncessaire que dans lemme temps, pour tous les citoyens et pourtoutes les communauts religieuses, soit recon-139 nu et respect le droit la libert religieuse( Dignitatis human , art.6  responsabilit en-vers la libert religieuse - 3).C est grave! De l rsulte en effet qu une disposition lga-le comme celle tablie par l art.6 2 de  Fuero de los Es-pagnoles de 1945, est:1) essentiellement  conforme au droit naturel, selon ladoctrine traditionnelle catholique;2) essentiellement  contraire au droit naturel, selon ladoctrine de Vatican II.Conclusion: on doit dire qu il y a une relle contradic-tion entre Vatican II et la doctrine traditionnelle de l gli-se  ante-Vatican II , prcisment sur un principe de droit na-turel!Faisons encore quelques rflexions sur cette grave dissen-sion de Vatican II sur la question de la  Dignitatis hu-man , qui termina les Actes de Vatican II, bien qu elle ait eudes retouches qui furent laisss irrsolues [ Pobierz całość w formacie PDF ]

Archiwum